Empêcher à la femme d’être une femme : cas du Cameroun

Tu n’auras point de seins. Dites cette phrase à une femme et elle vous regardera avec incompréhension. Comment une femme ne devrait-elle pas avoir de seins? Cela ne serait pas contre-nature ? Si avoir des seins vous semble comme la chose la plus normale pour une femme, laissez-moi vous emmener faire un tour au Cameroun à la découverte du « repassage des seins ».

Au Cameroun, et dans bien d’autres pays en Afrique, mais principalement au Cameroun, cette pratique est le supplice d’une fille sur 4. Il s’agit d’un « massage » particulièrement douloureux de la poitrine féminine afin de ralentir au maximum sa croissance. Le but final étant d’éloigner la fille de toute tentation sexuelle et attirance vis-à-vis des hommes.

Dès la première apparition des seins, signe majeur d’une puberté proche ou déjà accomplie, les mères, grand-mères et matrones du village se livrent à cette pratique sur les jeunes filles. La technique est aussi horrible que la stupidité de sa justification. Les instruments utilisés peuvent être des pierres ou encore des gros morceaux de bois qui viennent écraser au maximum la poitrine naissante de ces filles. Le pire, c’est que ces instruments sont chauffés et brûlants. Une victime offre son témoignage à afrik.com

Un jour, ma mère m’a appelée et elle a commencé à me masser les seins avec une pierre chauffée dans le feu. Elle avait un chiffon pour ne pas se brûler et a posé la pierre brûlante sur moi. Elle disait qu’il fallait que la pierre soit bien chaude pour casser le ‘noyau’ qu’il y a quand les seins poussent. Ça faisait très mal. Quand elle massait, je criais tellement que les voisins venaient voir ce qui se passait dans la cuisine.

http://www.youtube.com/watch?v=qJz00zgMBz4

Pourquoi ?

Le repassage des seins vient gonfler le bloc des mutilations faites aux femmes. Surtout de ces mutilations faites aux femmes par des femmes. L’origine n’est pas religieuse ou culturelle. Il n’y a aucune initiation à la vie de la femme qui justifie cette pratique. Dans beaucoup de sociétés où les discussions liées au sexe sont tabou, les mutilations, les  interdits et autres discriminations sont monnaie courante. Très souvent les filles et les femmes en sont les premières victimes. Les mères essayent de protéger leurs filles des hommes, des grossesses non désirées et de la débauche. Trop lâches pour s’en prendre aux hommes, elles trouvent la solution en s’en prenant au corps de leurs filles. Plus le corps sera moins féminisé, plus il sera mutilé, moins leur filles seront dans le viseur des hommes. Pourtant la réalité est bien différente, car il n’a pas été prouvé que cette pratique retarde l’activité sexuelle des filles ou qu’elle réduise les grossesses non désirées. Les filles ayant contracté des grossesses non désirées dès leur jeune âge avaient-elles une poitrine bien formée ? J’en doute.

Une pratique sous silence

Contrairement à l’excision dont la connaissance et la lutte sont bien connues, même au-delà des frontières africaines, le repassage des seins reste encore sous silence. Pourtant cette pratique est douloureuse et affecte  psychologiquement l’adolescente. C’est dans le silence que les atrocités contre-nature sont accomplies, mais surtout elles perdurent à travers les générations. Les victimes sont amenées à ne pas aimer leur corps, un corps qui s’affirme naturellement. À refouler leur condition de femme en devenir. Pourquoi empêcher à une femme de devenir une femme ?

Des campagnes s’élèvent de plus en plus pour lutter contre cette pratique. Mais comment en vouloir à ces mères qui ne font que reproduire sur leurs filles l’éducation dont elles ont été aussi victimes. C’est la raison pour laquelle les méthodes actuelles privilégient la sensibilisation, la communication entre les parents et les enfants, mais aussi la scolarisation des filles.  Le combat est long certes, mais tant qu’il existera des associations qui travaillent d’arrache-pied afin de faire reculer ces mutilations, il y aura un espoir de réduire ces violences.

The following two tabs change content below.

30 thoughts on “Empêcher à la femme d’être une femme : cas du Cameroun

  1. Pourquoi ce voyeurisme. Étiez vous obligé de montrer ‘e nudité de cette pauvre fille ? Vous auriez du au moins lui cacher le visage.Vous avez profité de leur ignorance. Sa mère qui fait cette pratique n’est pas pire que vous qui livrez le corps de cette innocente aux pervrrs pédophiles qui ne verront que ça dans le reportage.

    1. bien sur si tout le monde avait le meme regard que vous la vie ne changerais pas si vous avez de telle pensée vous n’irez pas loin parler de se qui se passe pas seque vous aimeriez que les autres pense en deux mots vous etes encore plus pervers!!!

  2. Tu sais Rama, en lisant ton billet, je revois beaucoup de choses vécues pendant mon enfance. Il y a une chose que tu dois savoir: ces parents le font sous influence de leurs amies. « Ta fille aura trop de seins », « les hommes vont la violer en la croyant grande »… Elles cèdent sous l’influence. Dans certaines familles, c’est même une tradition. Ce repassage des seins devient normal. Le combat est à plusieurs niveaux. Mais franchement Rama, ce billet m’a rappelé beaucoup de choses. Et je pense qu’il faut ecrire ainsi pour sensibiliser, interpeller et éduquer!

    1. je suis entièrement d’accord avec vous josiane.dans 90 pour cent des cas les parents le font sous influence et c’est méchant.il n’y a pas longtemps une de mes tantes me disait: »quand ma fille avait commencé à pousser des seins,dès que je la voyais je m’énervais;je ne voulais pas que les hommes lui jettent des regards concupiscents ou lui fasse des avances a cet age là. » FLOP!!!si une amie dans son entourage lui avait consellé ce que tu décris ici,elle n’aurait pas hésité une seule minute à le faire.

  3. ici au burkina faso cette pratique existe .les femmes utilise un spatule(ustensile de cuisine en bois que lon utilise pour preparer le tô) .elles tourne la spatule dans son sens inverse et le bout pointu sur le sein de la fille.elles tapent lautre bout de la spatule a peti coup (3 fois) le resultat est logique en un mois.mais attention si cela est trop repeter la filles va perdre tout le volume de ses seins. Mais selon moi cette pratique est faite sans l avis de la fille.donc ce pas juste…

  4. salut je vous remercie pour cet article ,le pire on ne s’est pas que cette pratique a une conséquence néfaste sur la femme .les femmes africaines croient protéger leurs enfants en faisant cela.il faut les sensibiliser.deux femmes m’ont deja temoigné avoir fait cela à leurs filles.pour elle c’st une protection contre les grossesses précoces.merci pour l’article.

  5. au juste vous direz qu’en afrique beaucoup de pratiques se font mais en oubliant a quel point vous avez envahi le monde avec vos mauvaises valeurs et meme contre nature. (homo sexualité, eunathasie, …) laissez lè africains vivre leur culture et concentré plutot vos efort a luté contr lè mots ki minent votre sté (chomage, manque d respect de l’ainé par lè enfants ,…)

    1. Message à François
      Je vois pas le problème si on dénonce des abus contre les femmes. On peut dénoncer aussi le chômage et le le manque de respect mais il s’agit d’un article sur la mutilation de poitrine.
      Question? Les violences sur les femmes ne sont ‘elles pas une forme de misère sociale et un manque de respect ?

    2. Qu’est-ce que c’est que cette remarque complètement déplacée? Personnellement, je n’ai envahi personne, imposé aucune culture ni valeur à qui que ce soit (On est en 2014, au fait!). Il va déjà falloir apprendre à faire la part des choses.
      Concernant l’homosexualité, j’ignorais que c’était une valeur… De plus, j’ignorais que ça n’existait pas en Afrique.
      Je crois plutôt qu’ils sont cachés par peur d’être lynchés mais crois-moi, ça existe depuis la nuit des temps, dans tous les pays du monde, toutes périodes confondues.
      En parlant de pratique contre nature, le fait de faire un massage pour éviter que les seins poussent « naturellement » lors de la puberté, comment qualifier ça?
      De plus, cet article est fait pour dénoncer une pratique contre nature, non pas pour dire à qui est la faute ni pour dire que c’est mieux ici, moins bien là-bas…

    3. Mauvaises valeurs????? S’il vous plait stopper. Depuis quand le fait d’être homo ou être sans travail fait du tort sur à autre personne ou plutot ce genre de souffrances? Être homo ou non n’engage que la personne intêresée. Vous me parlez de respect envers les autres, il me semble que cet article soit le meilleur exemple pour justement denoncer un cas où il n’est plus question de respect envers un autre être humain, et regardez le « hasard » sur un être humain du genre feminin, comme c’est étrange. En fait non. Depuis des temps c’est la femme qui doit endurer les lois crées par des hommes, non Hommes, je dis homme tout court. Messieurs il est grandement temps d’apprendre à respecter les femmes.

  6. salut je vous remercie pour cet article ,le pire on ne sait pas que cette pratique a une conséquence néfaste sur la femme .les femmes africaines croient protéger leurs enfants en faisant cela.il faut les sensibiliser.deux femmes m’ont deja temoigné avoir fait cela à leurs filles.pour elle c’st une protection contre les grossesses précoces.merci pour l’article.il faut mettre en place un réseau de lutte contre ça.

  7. C’est bien de condamné ce que vont les femmes Africaines sur les jeunes filles autant plus que cette pratique est inhumaine.Et comme toujours vous finirez par créer des ONG pour lutter contre cette pratique.Mais penser aussi à créer des ONG qui vont lutter contre l’ homosexualité en Europe,Ameriq,…

  8. C’est vraiment decevant surtout que ces actions sont mEnEes par des mEres…Bien qu’elles veulent proteger leurs fiLles de mauvais hommes,mais ce n’est pas la mEthode AppropriEe…

  9. vraimen jè la chair d poule en lisan cet article, j n’arrive pas a croire a 1 telle atrocité, mais pourkoi les autorités n l’interdisen pas , e l’UNICEF? j n pe pa croire a ca,
    commen e pourquoi la petite fille africaine doit tant souffrir dans sa chair par l’excision, cett atrocité k vou décrivez, e par gavage d nourriture dan certains pays (jè vu l documentaire de cett pratique en mauritanie où on tape la petite en la forcant de manger, d s gaver pour être grosse plus tard car les homm aimen les grosses femmes, et tou cela à cause d la peur ou pour les hommes? povre Afrique

  10. je tiens à rappeler aux mères de ces filles victimes que les seins ne sont les meilleurs critères de la sexualité. vous pouvez chaque année les plomber la poitrine quand elle aura son age sexuel elle peut se faire en grossier a tout! la seule chose que je dis aux mères c’est de se focaliser sur éducation pour assurer l’épanouissement de vos fille. Exemple : il y a des femmes de 20 à 50 ans qui ont des petits seins mais pourtant elle ……………………….
    lol merci les ami (es)

  11. Souvent je me dis qu’il est parfois difficile de comprendre certaines traditions qui ne nous appartiennent pas, mais là franchement non, je n’arrive pas à accepter ce genre de « traditions » barbares. La femme doit subir cette pratique de peur que l’homme la viole. Mais il est certain que ceci ne sera pas l’antidote pour éviter un viol.

  12. j’aimerais savoir, si seulement cette pratique n’avais pas de conséquences sur le plant santé des jeune fille, dans le cas contraire, laisser les peuples vivre tranquillement leurs cultures, et je suis persuader que si cette pratique étais aussi néfaste que vous le claironner , ces peuples n’existerais plus,
    et en guise de comparaison s’il y avais un peuple a sensibiliser pour ses mauvaises pratiques c’est du coté de l’occident qu’il faudrait chercher avec vos protaises mammaires, vos mariages pr ts et vos travestis et puis quoi je ne sais, laisser les peuples vivre leurs cultures ils le pratique depuis la nuit des temps

    1. Ces peuples n’existeraient plus si leurs pratiques étaient néfastes pour la santé de ces jeunes filles?
      Excusez-moi, mais dans quel monde vivez-vous?
      L’excision, l’infibulation, l’introcision (et j’en passe) sont des coutumes d’une violence et d’une barbarie extrêmes et pourtant toujours pratiquées dans de nombreuses communautés.
      L’existence d’une chose ne signifie pas son bien-fondé.

      De plus, ici, personne ne critique tel ou tel type de population, c’est un constat alarmant, c’est une sensibilisation, un appel à l’aide. Alors que vous, sous vos grands airs libertaires – je cite : »laisser les peuples vivre leurs cultures ils le pratique depuis la nuit des temps » – vous accusez les peuples Occidentaux – je cite toujours : »s’il y avais un peuple a sensibiliser pour ses mauvaises pratiques c’est du coté de l’occident ».
      Les mutilations génitales seraient alors une « coutume » que l’on doit laisser se perpétrer mais l’amour d’un être envers un autre est un crime qui doit être purifié?

      Vous n’êtes pas le seul à parler de l’homosexualité, par exemple (en faisant un joli amalgame entre travestissement, homosexualité, transsexualité), mais quel est le rapport ici? Avez-vous seulement besoin de polluer les pages internet avec votre homophobie virulente?

      Enfin, je terminerai en soulevant un point que nombre de commentateurs n’ont pas l’air d’avoir compris : cette pratique est faite par la mère sur sa fille, alors je vous en conjure, ne partez pas dans des démonstrations de ce que l’homme est le pire monstre de la Terre d’infliger ça à de jeunes filles. Ce n’est pas le cas, ici, on parle d’un crime bien plus atroce : la perpétuation d’une torture sans nom d’une mère sur sa fille. Par ailleurs, sachez que les mutilations génitales féminines (je re-cite pour vous les majeures : excision, infibulation, introcision) sont la plupart du temps commises par des femmes sur leurs filles, nièces, petite-filles. Je ne dis pas que l’homme est propre dans cette histoire, je vous invite à arrêter de blâmer la gent masculine uniquement pour des crimes dont les torts sont partagés; il n’y pas la place ici pour du féminisme de gare.

      Soyez réactionnaires, soyez féministes, soyez citoyens du monde, mais faites le bien, c’est important !

      1. certes un crime de femme fait sur une femme afin d’empecher ces monsieurs de les violer. Arretons de jouer la carte  » les féministes » qui n’ont rien à voir avec ça. Ceci concerne les Hommes dans le sens tous les etres humains. Stop. Rèactionnaires ok. Mais cessons les blas blas et ayons le courage, la force de combattre ces actions barbares.

  13. Bonjour Ramatoulaye,
    En lisant cet article je me suis souvenue de l’avoir délà lu avant aujourd’hui. En effet c’était sur ton blog « El Dounia ». En fait, cet article fait partie de ma sélection de références pour ma proposition de projet pour freiner cette pratique au Cameroun. Je ne peux me permettre de dire que par ce projet je compte stopper complètement.
    Donc merci pour cet article. Et comme l’a dit Josiane ça rappelle de douloureux souvenirs. Dans ma stratégie, je compte faire appel à la communauté de Mondoblogueurs pour passer une sensibilisation de masse, parce que cette pratique s’exporte dans d’autres continents grâce aux migrations des peuples. Je vous contacterai certainement si j’ai le financement.

  14. je ne savais pas qu’on avait recours à ce genre de pratiques monstrueuses dans les villages, ça me fend le cœur pour les jeunes filles. Et dire qu’il doit y avoir tellement d’autres choses qui se passent et qu’on ne sait pas. Espérons qu’un jour on réussira à sensibiliser un nombre conséquent de personnes afin de mettre un terme à cet acte barbare.

  15. Cet article est très intéressent, cela montre les limites de la vrai éducation donnée aujourd’hui par nos parents aux enfants. Pensez vous que cette pratique peut véritablement mettre fin à ceux dont nos mères cherchent à éviter? les Pères quel regard ont ils sur leurs enfants en matière d’éducation. Pour moi la cible principale sont les milieux les plus écoutés et qui ont une sensibilités très positives sur notre société, il s’agit bien-sur des mosquée, églises et bien d’autre lieux. Soyons réaliste car je pense que aminci les seins des jeunes filles n’est pas la solution. Si cela perdu je crois que ses mamans s’attaqueront à d’autres endroits aimé par les Hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *